Denis Dumontier

Chapitre 2018 - 2023 Page 9 ligne 27/28

La guerre en Ukraine impacte aussi fortement les dernières semaines de campagne. Le fait d’avoir porté spontanément les valeurs atlantistes et le soutien inconditionnel à l’Ukraine par le port de la rosette bleue et jaune ont fait choir l’enthousiasme récent qui était né du dynamisme original de cette campagne chez bon nombre de communistes. L’Ukraine n’est ni l’allié de la France ni même une consœur européenne. Cette guerre n’est pas la nôtre. Et puis l’histoire des Communistes ne les a pas fondus en perdreaux de trois jours à propos des politiques mafieuses et agressives de l’Oncle Sam et de l’OTAN. US GO HOME a tout de même laissé quelques traces indélébiles chez les infrangibles militants d’une époque que les moins de vingt ans n’ont pas connu. La France n’a pas à choisir l’un des deux camps. Le PCF, en toute indépendance, n’est astreint d’aucune mandature pour cautionner ni valider l’aide militaire et logistique apportée cyniquement à l’un des deux belligérants. Jusqu’au dernier ukrainien… Toutes ventes, transactions, échanges d’informations avouées ou inavouables de quoi que ce soit de militaire. Cette guerre n’est pas la guerre de la France. L’argent pour les salaires, pas pour la guerre ! Là, il y aurait un bon sujet de référendum ! Et puis surtout, le parlement devrait être consulté. Sinon, à quoi sert-il ? Sined Reitnomud

Soutiens et commentaires